Ajouter cette page à vos favoris
Sauvegarder l'icone sur votre téléphone

Qu’est-ce que la Fibrillation Atriale (FA) ?

Qu’est-ce que la Fibrillation Atriale (FA) ?

Product Description text

La Fibrillation Atriale (FA) est caractérisée par un rythme cardiaque irrégulier et souvent rapide produisant des contractions non coordonnées des cavités supérieures du cœur (c.-à-d. les oreillettes).1

Elle survient lorsque l’activité électrique du cœur est défectueuse, provoquant des battements cardiaques irréguliers et désordonnés.2,3,4

La FA est la forme la plus fréquente d’arythmie cardiaque, affectant une personne sur quatre de plus de 40 ans au cours de sa vie.5 Avec plus de 11 millions de personnes affectées par la FA à travers l’Europe et plus de 660 000 personnes en France.6,7,8 Il est estimé jusqu’à 230 000 nouveaux cas de FA par an en France.9

La FA constitue un enjeu de santé publique de plus en plus important en France et en Europe.6

À propos de la Fibrillation Atriale

La Fibrillation Atriale (FA) , également appelée fibrillation auriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent. La FA affecte plus de 11 millions de personnes à travers l’Europe dont plus de 660 000 personnes en France.6,7,8 Il est estimé jusqu’à 230 000 nouveaux cas de FA par an en France.9

L’augmentation de l’incidence de la FA peut être attribuée à la fois au vieillissement de la population et à la recrudescence des facteurs de risque de cette maladie, comme les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, l’obésité, l’apnée obstructive du sommeil et certaines maladies chroniques (ex:diabète).10,11,12

Cette arythmie demeure l’une des principales causes d’Accident Vasculaire Cérébral, d’insuffisance cardiaque et de morbidité cardiovasculaire. Elle devient un enjeu de santé publique de plus en plus important en France et en Europe.10

rythme cardiaque

Rythme cardiaque irrégulier

La FA est caractérisée par un rythme cardiaque irrégulier et souvent rapide produisant des contractions désordonnées dans les deux cavités supérieures du cœur (c.-à-d. les oreillettes).1

Elle survient lorsque l’activité électrique du cœur est défectueuse, provoquant ces battements irréguliers.2,3,4

En temps normal, le nœud sino-atrial, aussi connu sous le nom de « nœud sinusal », transmet des signaux électriques réguliers aux oreillettes et aux ventricules via le nœud atrioventriculaire. Il permet ainsi au cœur de se contracter régulièrement. Le nœud sinusal contrôle la fréquence à laquelle le cœur bat et peut adapter la fréquence cardiaque en fonction des besoins de l’organisme.2,3,4

Chez les individus atteints de FA, le signal électrique régulier « normal » en provenance du nœud sinusal n’est plus transmis correctement.  Le signal électrique n’est alors plus initié par le nœud sinusal, mais par d’autres régions des oreillettes, plus rapides, générant des signaux électriques anarchiques. Ces signaux ne sont pas aussi réguliers et coordonnés que ceux provenant du nœud sinusal. C’est pourquoi les oreillettes ne se contractent pas correctement et que les ventricules battent de façon irrégulière en fonction du nombre d’impulsions électriques qui leurs parviennent. Le rythme cardiaque peut alors être normal, lent ou rapide. Cette dernière étant la situation la plus fréquente  lors des épisodes de FA.

arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire

Rythme cardiaque anormal

Chez une personne en bonne santé, le nœud sinusal génère approximativement entre 60 et 100 battements par minute au repos.10,13  Chez un patient atteint de FA, les oreillettes génèrent environ 200 à 400 impulsions par minute, avec une moyenne de 80 à 120 battements par minute finalement transmis aux ventricules.2,3,4​

arythmie cardiaque par fibrillation auriculaire

Références

1. Iaizzo PA (2015). Handbook of Cardiac Anatomy, Physiology, and DeviceS. Springer Science+Business Media, LLC: Switzerland.
2. European Society of Cardiology, www.escardio.org.
3. European Heart Rhythm Association, www.escardio.org/Sub-specialty-communities/European-Heart-Rhythm-Association-(EHRA).
4. AFibmatters website, http://www.AFibmatters.org/About-atrial-fibrillation.
5. Lloyd-Jones DM, Wang TJ, Leip EP, Larson MG, Levy D et al. (2004) Lifetime risk for development of atrial fibrillation: the Framingham Heart Study. Circulation 110 (9): 1042-1046.
6. Global Burden of Disease Collaborative Network (2016) Global Burden of Disease Study 2016 (GBD 2016) Results. Seattle, United States: Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), 2017. Accessed 2018-04-20. Available from http://ghdx.healthdata.org/gbd-results-tool.
7. Guide parcours de soin de la HAS –Fibrillation atriale (février 2014) 110338-190326.
8. Insee,estimations de populations. Evolution de la population, bilan démographique 2018 –Tableaux rétrospectifs –Insee; 15 janvier 2019; 17 juillet 2019.
9. A. Charlemagne et al. : Epidemiology of atrial fibrillation in France: Extrapolation of international epidemiological data to France and analysis of French hospitalization data : Archives of Cardiovascular Disease (2011) 104, 115—124.
10. Kirchhof P, Benussi S, Kotecha D, Ahlsson A, Atar D et al. (2016) 2016 ESC Guidelines for the management of atrial fibrillation developed in collaboration with EACTS. Eur Heart J 37 (38): 2893-2962.
11. Lip GY, Fauchier L, Freedman SBet al. (2016) Atrial Fibrillation Nat Rev Dis Primers.Mar 31;2:16016.
12. Kendzerska T, Gershon A, Atzema C, et al.Sleep apnea increases the risk of new hospitalized atrial fibrillation: a historical cohort study[published online September 19, 2018].CHEST. doi:10.1016/j.chest.2018.08.1075.
13. www.mayoclinic.org/healthy-lifestyle/fitness/expert-answers/heart-rate/faq-20057979