Ajouter cette page à vos favoris
Sauvegarder l'icone sur votre téléphone

Diagnostiquer la Fibrillation Atriale (FA)

Des rapports suggèrent que la FA est une maladie sous-diagnostiquée5 particulièrement fréquente chez les populations plus âgées et chez ceux présentant une insuffisance cardiaque.3

La Fibrillation Atriale devrait être suspectée chez les personnes présentant des symptômes fréquents de cette maladie, comme les palpitations cardiaques, la fatigue, les vertiges, les étourdissements et la dyspnée.

Un dépistage de FA est souvent réalisé par palpation du pouls, car le pouls est classiquement décrit comme étant irrégulier.1 La confirmation de la FA nécessite un enregistrement du rythme avec un électrocardiogramme (ECG) pouvant révéler le schéma typique d’une FA : des intervalles R-R complètement irréguliers, une absence d’ondes P et des ondes de fibrillation grossières ou fines sur la ligne de base.2,3

Comment diagnostiquer ?

Le dépistage de la FA est souvent réalisé par une prise de pouls classiquement décrit comme irrégulier.1 Le diagnostic de la FA nécessite un enregistrement du rythme cardiaque par électrocardiogramme (ECG) permettant de révéler le schéma typique d’une FA : des intervalles R-R complètement irréguliers, une absence d’ondes P et des ondes de fibrillation grossières ou fines sur la ligne de base. Un épisode d’au moins 30 secondes de FA pose le diagnostic.2,3 Cet examen est généralement réalisé en utilisant un ECG à 12 dérivations ou une surveillance en continu avec un ECG portable. Les changements sur l’ECG peuvent être subtils et l’interprétation devrait être réalisée par un clinicien compétent pour en garantir l’exactitude.

Un résultat d’examen normal n’élimine toutefois pas complètement la présence de FA, car l’ECG pourrait ne pas détecter l’arythmie paroxystique (intermittente). Dans ce cas, un Holter (enregistrement sur 24 heures) ou un moniteur de rythme cardiaque (enregistrement sur 7 à 30 jours) pourrait être nécessaire pour mesurer le rythme cardiaque du patient sur une plus longue période.1,3

fibrillation atriale diagnostic

L’historique médical

L’anamnèse et l’examen clinique du patient sont centrés sur l’identification des facteurs de risque, les comorbidités et les symptômes de FA. L’historique médical du patient peut inclure les éléments suivants :1,3

  • Les causes et facteurs de risques des maladies cardiaques et non-cardiaques
  • Le déclenchement et la durée de l’arythmie, les facteurs aggravants et atténuants cette dernière, et la gravité des symptômes associés
  • La présence de symptômes fréquents de la FA (p. ex. la fatigue)
  • Les comorbidités (p. ex. les maladies thyroïdiennes)
  • Le(s) traitement(s) médicamenteux
  • La consommation de stimulants (drogues, alcool, boissons énergisantes, nicotine…)
fibrillation auriculaire ecg

L’examen clinique

L’examen clinique est nécessaire pour exclure une valvulopathie cardiaque, une thyrotoxicose (présence en excès d’hormones thyroïdiennes) et une insuffisance cardiaque. Il peut inclure :1,3

  • La tension artérielle
  • La fréquence cardiaque
  • La présence de souffle au cœur (p. ex. un rétrécissement aortique)
  • Les indices d’une insuffisance cardiaque (des râles crépitants, un galop B3, une dilatation des veines jugulaires…)

Les analyses sanguines initiales peuvent inclure un hémogramme, un ionogramme , un dosage de la thyréostimuline (TSH) et l’évaluation de la fonction rénale.1

fa diagnostic

La radiographie du thorax

La radiographie du thorax est recommandée afin d’exclure les maladies pulmonaires et l’insuffisance cardiaque. L’échographie cardiaque transthoracique devrait être utilisée pour détecter une maladie structurelle sous-jacente (p. ex. une valvulopathie) et pour évaluer la taille et la fonction (systolique et diastolique) du VG, la taille des oreillettes et le fonctionnement du cœur droit.2,3

fibrillation cardiaque

Les tests complémentaires

Des tests complémentaires peuvent être nécessaires en fonction des antécédents médicaux et des facteurs de risque du patient. Ces tests peuvent inclure l’échographie cardiaque de stress,  l’imagerie de perfusion ou le cathétérisme cardiaque afin de dépister une ischémie ou une coronaropathie, ainsi qu’un dépistage de drogues dans certains cas ou une étude du sommeil lorsqu’une apnée du sommeil est suspectée.1
  
Le dépistage systématique et opportuniste augmente le taux de détection de nouveaux cas de FA comparé à la prise en charge habituelle des patients de plus de 65 ans. Le dépistage opportuniste nécessite moins d’efforts pour les médecins généralistes.4 L’European Society of Cardiology (ESC) recommande depuis 2012 le dépistage opportuniste par la prise de pouls ou par un ECG chez les patients de plus de 65 ans.3

fibrillation atriale diagnostic

Références

1. Gutierrez E, Blanchard D (2016) Diagnosis and Treatment of Atrial Fibrillation. Am Fam Physician 15;94(6):442-452.
2. Lip GYH, et al. (2016) Atrial Fibrillation. Nature Reviews, Disease Primers. Vol. 2. doi:10.1038/nrdp.2016.16 . Published online 31 March 2016.
3. Kirchhof P, Benussi S, Kotecha D, Ahlsson A, Atar D et al. (2016) 2016 ESC Guidelines for the management of atrial fibrillation developed in collaboration with EACTS. Eur Heart J 37 (38): 2893-2962.
4. Mairesse GH, et al. (2017) Screening for atrial fibrillation: a European Heart Rhythm Association (EHRA) consensus document endorsed by the Heart Rhythm Society (HRS), Asia Pacific Heart Rhythm Society (APHRS), and Sociedad Latinoamericana de Estimulación Cardíaca y Electrofisiología (SOLAECE). Europace. 2017 Oct 1;19(10):1589-1623. doi: 10.1093/europace/eux177.
5. Morillo CA, Banjeree A,  Perel P, Wood D, Jouven X (2017) Atrial fibrillation: the current epidemic. Journal of Geriatric Cardiology (2017) 14: 195-203